Pourquoi il vaut mieux vendre avant d’avoir acheter04/08/2015  



L’étude de l’Observatoire du Moral Immobilier porte sur plus de 1200 futurs acquéreurs ayant un projet d’acquisition d’ici à 1 an. Or, 22 % des interrogés portent la double casquette d’acheteur et de vendeur puisqu’ils proposent un bien à la vente en même temps qu’ils effectuent des recherches pour leur nouvelle acquisition. Ces envies de nouvel achat chez les acquéreurs-revendeurs sont récentes puisque près de 46 % recherchent un bien à l’acquisition depuis moins de 3 mois (soit 10 points de plus que les acquéreurs non revendeurs). Pour la plupart, il s’agit d’un achat d’une nouvelle résidence principale (94 %) et notamment d’une maison pour 3 acheteurs-revendeurs sur 4. Le budget destiné à cette nouvelle acquisition est supérieur à celui des non revendeurs puisque 33 % d’entre eux recherchent un bien dans une fourchette supérieure à 300 000 euros, alors que ce montant ne concerne que 23 % des non revendeurs. Sans réelle surprise, les acheteurs-revendeurs sont plus matures que les non revendeurs puisque près de 42 % d’entre eux sont âgés de plus de 50 ans (contre 24 % pour les non revendeurs). En comparaison avec leur résidence actuelle, les acquéreurs-revendeurs souhaitent acheter plus grand à 41 % alors qu’ils sont 33 % à se focaliser essentiellement sur une meilleure localisation ou environnement à surface équivalente. A noter qu’ils sont tout de même 18 % à rechercher un produit plus petit que leur bien actuel. « Ces acheteurs-revendeurs sont globalement plus satisfaits que les autres acheteurs en ce qui concerne le choix de biens immobiliers : ils ne jugent pas l’offre de biens aussi restreinte (39 % contre 50 % pour les non revendeurs). De plus, ils sont plus nombreux à estimer réalistes les prix des biens proposés sur le marché (48 % contre 38 % pour les non revendeurs), d’après le Baromètre de la Négociation Immobilière édité par Logic-Immo.com et le JDN. » explique Stéphanie Pécault,  responsable Études chez Logic-Immo.com. Toutefois, les acheteurs-revendeurs se veulent moins confiants quant à l’aboutissement de leur projet immobilier dans les 6 mois (53 % contre 58 % pour les non revendeurs), car ils expriment des réserves liées à d’éventuelles difficultés à vendre leur bien avant d’en acheter un autre (69 %). La prudence reste ainsi de mise puisque 65 % des futurs acquéreurs envisagent de vendre leur bien avant d’acheter un nouveau bien (soit une progression de 7 points par rapport à N-1). Parmi les principales préoccupations dans ce processus d’achat-revente, les futurs acquéreurs concernés évoquent en premier lieu la crainte de vendre leur bien en dessous du prix dans la précipitation (30 %), et cela passe devant la peur de rater une opportunité d’achat à cause des délais de revente (24 %) qui était quant à elle leur principale source d’inquiétude en 2014.

 


 Autres articles sur le même sujet :
Immobilier : Les taux bas portent la demande

La 16ème vague de l’Observatoire du Moral Immobilier révèle que la demande actuelle est essentiellement portée par la perception de taux d’emprunt historiquement bas.

Les primo-accédants reviennent

D’après la 15ème vague de l’Observatoire du Moral Immobilier, pilotée par le portail d’annonces immobilières Logic-Immo.com en collaboration avec TNS Sofres, le nombre de primo-accédants est en hausse.

Crédit immobilier : les emprunteurs à la fête !

Nouvelle baisse des taux et fort rebond de la production de crédits immobiliers, tel est le constat de l’Observatoire Crédit Logement CSA pour ce début d’année 2016.

Le crédit recule encore

Selon l'Observatoire des crédits aux ménages (OCM), le nombre de ménages détenant un crédit en 2014 est en baisse par rapport à 2013, passant de 52,6 % en 2008 à 47,6 % fin 2013, puis à 46,5 % fin 2014.

Les jeunes n’ont pas accès au crédit

Freins, leviers d’accès et portrait-robot du jeune emprunteur, Empruntis fait le point dans une étude détaillée sur les jeunes de moins de trente ans et le crédit. Malgré des conditions favorables et un marché dynamique en 2015, le courtier observe des difficultés d’accès au crédit, tant en immobilier qu’en crédit à la consommation, pour cette population.

Les crédits immo sous les 2%

Les taux des crédits immobiliers du secteur concurrentiel se sont établis en moyenne à 1,99 % en juin, contre 2,01 % en mai, selon le dernier tableau de bord de l'Observatoire Crédit Logement / CSA.