Crédits immobiliers : légère baisse des taux en avril11/05/2015  



La baisse des taux se poursuit (2,11 % en mars, 2,21 % en février, 2,29 % en janvier et 2,94 % en avril 2014) et traduit en partie "la volonté des banques de redynamiser la demande". Cependant, l'Observatoire souligne que les taux pratiqués dépendent largement de la durée du prêt - on note ainsi un taux fixe moyen de 1,97 % sur 15 ans, contre 2,63 % en moyenne sur 25 ans -, de l'apport personnel et de la "qualité de la signature".


 Autres articles sur le même sujet :
Les crédits immo sous les 2%

Les taux des crédits immobiliers du secteur concurrentiel se sont établis en moyenne à 1,99 % en juin, contre 2,01 % en mai, selon le dernier tableau de bord de l'Observatoire Crédit Logement / CSA.

Immobilier : les taux restent bas

Au 3ème trimestre 2013, selon l’Observatoire Crédit Logement CSA, les taux des prêts du secteur concurrentiel se sont établis à 2.98%, en moyenne, soit 2.98% pour l’accession dans le neuf et 2.99% pour l’accession dans l’ancien.

3.53% : le taux moyen des prêts immo en février

En février, les taux d'intérêt des credits immobiliers se sont établis à 3,53% en moyenne contre 3,47% en janvier, selon le Tableau de Bord de l'Observatoire Crédit Logement/CSA.

Les crédits en chute libre

En mars 2014, les taux de crédit immobilier se sont établis à 3,00 %, en moyenne : 3,09 % pour l'accession dans le neuf et 2,98 % pour l'accession dans l'ancien, selon l'Observatoire Crédit Logement/CSA.

Les taux des crédits immobiliers toujours orientés à la baisse

En avril, les taux des prêts du secteur concurrentiel (hors assurance et coût des sûretés) se sont établis à 3 % en moyenne, selon le baromètre mensuel de l'Observatoire Crédit Logement / CSA, contre 3,13 % le mois précédent.

Pourquoi les Français boudent les prêts à taux variables ?

Selon l’Observatoire du Crédit Logement CSA, la baisse des taux soutient toujours la reprise des marchés immobiliers et n’a pas été contrariée par la remontée des taux longs, la volonté des banques de redynamiser la demande restant intacte.