28 % des Français préparent leur retraite avec l'assurance vie19/05/2014  



Par ordre d’importance, les Français citent d’abord l’assurance-vie dont le taux de détention est de 7,1 %. L’assurance-vie véritable couteau suisse de l’épargnant comme en témoigne les multiples motivations des détenteurs est préférée des Français qui la citent pour se constituer une réserve d’argent (40 %), pour son bon rendement et la protection des proches ( 29 %). Mais 28 % des détenteurs d’assurance-vie avancent la préparation de la retraite pour justifier leur souscription.

Viennent ensuite les livrets défiscalisés qui, malgré leur faible rendement, rassurent l’épargnant. Pour autant ses produits court terme, préférés aux produits de retraite supplémentaire individuelle, au PERP et à la retraite supplémentaire d’entreprise se révèlent inadaptés pour répondre à l’objectif retraite qui se préparent sur plusieurs décennies. Ainsi La retraite supplémentaire individuelle n’est détenue que par 3,6 % des Français, devance le PERP qui compte 2,7 % de titulaires et la retraite supplémentaire qui en compte 2,4% qund les livrets défiscalisés sont cités par 5,6%  des Français.

Plus logique, le taux de détention d’une épargne financière croît à l’approche de la retraite. Le taux de détention est de 28,9 % parmi les 54–59 ans contre 7,8% pour les moins de 30 ans.  Puis, au delà de 60 ans avec le passage à la retraite, ces produits financiers tendent à diminuer. L’assurance-vie qui permet une sortie en capital, contrairement aux produits dédiés à la retraite pour lesquels la sortie en capitale relève de l’exception, voit de fait le nombre de ses détenteurs décroître plus vite que pour les autres produits qui restent identifiables dans le cadre d’une rente viagère.

Le taux de détention d’un produit d’épargne en vue de sa retraite croît avec le niveau de vie des ménages.  Parmi les ménages dont les revenus annuels  sont inférieurs à 9 630 le taux de détention est de 7,2% contre 27 %  pour ceux du 8e décile (revenus se situant entre 27 910 euros et 35 520 euros ). Au delà de 51 880 euros le taux de détention se rapproche des 50 % (45,5%).



 Autres articles sur le même sujet :
Un patrimoine des ménages français en hausse de 1.8% en 2013

Au final, le patrimoine financier des ménages progresserait de 4.9% en 2013 après 5.2% en 2012 selon la dernière étude des Cahiers de l’Epargne-PAIR Conseil.

Un site internet pour conseiller les épargnants

Un site Internet dénommé "Assurance Banque Epargne Info-service", ainsi qu'un numéro de téléphone, destinés à informer et orienter le grand public devraient être lancés d'ici à l'été 2010.

La structure du patrimoine financier des ménages français évolue peu

La structure du patrimoine financier des ménages français évolue peu depuis 2011 ; à fin juin 2013, les placements des ménages sont composés majoritairement de dépôts bancaires, à hauteur de 27 %, et d’assurance vie pour 35 %. Toutefois, une nette progression de la part de l’épargne bancaire réglementée est observée (de 8,7 % des encours fin 2010 à 11,0 % fin juin 2013) dans un contexte de diminution des flux de placements financiers des ménages.

Qui épargne ? Qui désépargne ?

En 2009, la moitié des ménages français ont épargné plus de 13 % de leurs revenus.

Les actions de la BCE suffiront-elles ?

Rachats de la dette des pays de la zone euro, révisions à la baisse des prévisions de croissance... La BCE est bien consciente de la gravité de la situation. Quelles sont les conséquences de ces décisions ? Tour d'horizon en vidéo avec Jean-Pierre Gaillard, Jean-François Gilles, tous deux associés chez Legiga, et Jérôme Fauvel, gérant à la Française AM, notamment du fonds FCP Mon PEA.

Le patrimoine des ménages augmente faiblement

En 2012, le patrimoine des ménages continue de ralentir (+ 1,6 % après + 4,3 % en 2011, tableau 2). Il atteint 10 544 milliards d’euros, ce qui correspond à huit fois leur revenu disponible net (graphique). Sa décélération reflète la stagnation de leur patrimoine non financier, tandis que leur patrimoine financier rebondit.