Départs massifs à la retraite13/07/2014  



Avec l’arrivée des générations nombreuses du baby-boom à l’âge de la retraite, des départs massifs de fin de carrière ont lieu depuis le début des années 2000 et devraient perdurer jusqu’en 2020. Parmi les personnes qui occupaient un emploi en 2009, quasiment 8 millions, soit trois sur dix, devraient avoir quitté définitivement le marché du travail à cet horizon. Néanmoins, avec l’évolution du cadre législatif des départs en retraite, les actifs tendent à poursuivre leur travail à un âge de plus en plus avancé. Ceci contribue à étaler dans le temps les cessations d’activité et à amplifier la part des seniors dans l’emploi.

Les régions les plus concernées par les départs devraient être celles où le poids initial des seniors dans l’emploi est le plus important, particulièrement en Limousin et en Auvergne. Quant aux métiers, que ce soit en nombre ou en part de l’emploi, les services aux particuliers et aux collectivités seraient les plus concernés avec plus d’un million de départs définitifs d’ici 2020.



En 2009, un quart des personnes qui travaillent sont âgées de 50 à 69 ans

Les générations nombreuses du baby-boom commencent à produire un « papy-boom ». Du point de vue du marché du travail, les cessations d’activité actuelles et à venir concernent donc des effectifs de grande ampleur. Ces départs constituent un enjeu à la fois pour l’équilibre financier du système de retraite et pour le renouvellement de la main-d’œuvre dans les régions et les métiers les plus concernés. En outre, le risque d’appauvrissement en capital humain consécutif à ces départs est à considérer avec soin, les salariés les plus âgés étant souvent, du fait de leur ancienneté, les plus expérimentés.

En 2009, 6,3 millions de personnes âgées de 50 à 69 ans déclarent occuper un emploi en France métropolitaine. Ces seniors représentent un quart de la population active occupée. Sous l’effet conjugué du vieillissement de la population et de l’augmentation du taux d’emploi des seniors, leur part devrait croître dans les années à venir.

Particulièrement nombreux dans les régions les plus peuplées (1,3 million en Île-de-France, 600 000 en Rhône-Alpes, 500 000 en Provence-Alpes-Côte d’Azur), leur poids dans la population ayant un emploi varie peu sur le territoire : de 23 % en Nord-Pas-de-Calais à 27 % en Limousin.

Près de 8 millions de départs de fin de carrière entre 2010 et 2020

Chaque année, des actifs occupés cessent définitivement de travailler, généralement parce qu’ils partent à la retraite, ou qu’ils deviennent chômeurs dispensés de recherche d’emploi, ou pour des raisons de santé. D’ici 2020, une majorité des seniors ayant un emploi en 2009 cesserait de travailler, ainsi qu’une partie des quadragénaires qui auront alors atteint la cinquantaine. En tenant compte des réformes du système de retraite votées jusqu’en juillet 2012 et en supposant que les comportements restent identiques à ceux de la période récente, 31 % des actifs ayant un emploi en 2009 devraient mettre fin à leur carrière professionnelle d’ici 2020, soit près de 8 millions de personnes.

En termes de calendrier, l’arrivée à l’âge de la retraite des générations nombreuses du baby-boom entraîne depuis le début des années 2000 des départs massifs du marché du travail. À contexte législatif inchangé, le nombre annuel moyen de cessations d’activité diminuerait légèrement, passant de 730 000 entre 2010 et 2015 à 705 000 entre 2016 et 2020.

Le volume des retraits d’activité ne permet cependant pas d’anticiper le nombre de postes à pourvoir. En effet, une estimation de celui-ci reposerait, outre sur les projections de cessations d’activité, sur des hypothèses économiques concernant l’évolution de la croissance, du chômage et de la productivité. De plus, l’incertitude liée aux transformations intrinsèques des métiers rend difficile toute projection des postes de travail et de leur contenu.

L’éventail des taux de retrait régionaux serait assez resserré

Les régions les plus concernées par les départs de fin de carrière seraient naturellement celles où les seniors pèsent le plus parmi les actifs occupés en 2009. Toutefois, l’impact serait sensiblement comparable entre les régions, les taux de retrait sur la période 2009-2020 s’échelonnant de 29 % à 34 %. Ainsi, ces taux seraient légèrement plus forts dans les régions où la population active est plus âgée (Limousin, Auvergne) que dans celles où elle est plus jeune (Alsace, Nord-Pas-de-Calais, Pays de la Loire).

C’est en Île-de-France que l’impact des départs serait le moins important, avec un taux de retrait de 29 % d’ici 2020. Le poids des seniors parmi les personnes occupant un emploi en 2009 y est en effet légèrement inférieur à la moyenne nationale, de 0,7 point. En particulier, les actifs de 50 à 59 ans, qui contribuent le plus aux retraits, sont sous-représentés parmi la population francilienne ayant un emploi. Par ailleurs, les seniors de cette région sont peu présents dans les métiers où les départs sont les plus précoces, ce qui contribue à étaler davantage dans le temps les cessations d’activité. En effet, seuls 8,6 % des emplois y sont occupés dans des métiers où les cessations interviennent souvent avant 58,5 ans (les ouvriers non qualifiés, la plupart des ouvriers qualifiés, les métiers de l’armée et de la police, les pompiers ou encore les caissiers et employés de libre-service) contre 12,3 % en moyenne nationale.

Des départs massifs dans les services aux particuliers et aux collectivités

L’ampleur des départs de fin de carrière sera d’autant plus forte que les métiers sont exercés massivement par des seniors. Ainsi, le taux de retrait atteindrait 38 % dans les métiers des services aux particuliers et aux collectivités tels que les employés de maison, aides à domicile, aides ménagères, assistantes maternelles. Il serait similaire pour les ouvriers du textile et du cuir, les agriculteurs et les médecins et assimilés. Les métiers de la fonction publique devraient également subir des taux de retrait élevés dans l’ensemble de leurs catégories.

Ainsi, le domaine des services aux particuliers et aux collectivités contribuerait pour plus d’un million aux cessations d’activité. Il est le plus touché en niveau et en structure par les départs de fin de carrière et représenterait 13 % du total des départs, 22 % parmi les femmes ayant un emploi et 5 % parmi les hommes ayant un emploi. En effet, les femmes représentent 78 % des effectifs de ces métiers en 2009 et y sont plus âgées que dans les autres domaines professionnels.

Dans la gestion et l’administration des entreprises (cadres et techniciens des services administratifs, comptables et financiers, secrétaires, employés administratifs d’entreprise), il y aurait environ 800 000 retraits du marché du travail, de même que dans l’ensemble « administration publique, professions juridiques, armée et police ». Le domaine « santé, action sociale, culturelle et sportive » compterait environ 700 000 cessations, comme celui du commerce. Ce dernier présenterait un taux de retrait plus faible, estimé à 24 %.

À l’inverse, certains métiers restent structurellement jeunes en raison d’une forte rotation de leur main-d’œuvre et de conditions de travail peu adaptées aux actifs les plus âgés. Moins d’un quart des effectifs se retirerait de l’activité parmi les coiffeurs, esthéticiens, employés et agents de maîtrise de l’hôtellerie et de la restauration, caissiers, vendeurs, cuisiniers, bouchers, charcutiers et boulangers. Les professionnels de l’informatique (aussi bien ingénieurs que techniciens, employés ou opérateurs) devraient également être relativement peu concernés par des départs de fin de carrière.

Des écarts régionaux qui reflètent surtout la structure d’âge de la main-d’œuvre

Pour chaque métier, les différences régionales de taux de retrait sont essentiellement dues aux écarts de structure sociodémographique, et plus particulièrement ceux concernant l’âge des actifs.

Le taux de retrait des actifs des services aux particuliers et aux collectivités atteindrait 41 % en Lorraine, Auvergne et Franche-Comté contre 38 % sur l’ensemble du pays. Dans le domaine de la santé, de l’action sociale, culturelle et sportive, où les écarts sont légèrement plus marqués, les taux de retrait varieraient de 25 % en Nord-Pas-de-Calais à 32 % en Provence-Alpes-Côte d’Azur, pour une moyenne métropolitaine qui s’établit à 29 %. En Nord-Pas-de-Calais, la part des seniors dans la population active occupée de ce domaine professionnel n’est en effet que de 21 %, alors qu’elle atteint 28 % en Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Le taux de retrait moyen de 36 % dans l’ensemble du domaine de l’agriculture, de la marine et de la pêche pourrait monter à 40 % pour les métiers d’agriculteur, d’éleveur, de sylviculteur et de bûcheron. Il atteindrait au maximum 41 % en Corse et en Midi-Pyrénées et seulement 32 % en Île-de-France et en Franche-Comté.

Dans les métiers de la banque et des assurances, 35 % des actifs occupés en 2009 cesseraient leur activité d’ici 2020, dans une fourchette allant de 32 % en Île-de-France à plus de 40 % en Bourgogne, Limousin et Auvergne. En 2009, dans ces trois régions, les seniors représentent plus de 35 % de la population travaillant dans ces métiers, contre 27 % dans la région francilienne.
(source Insee)

 Autres articles sur le même sujet :
Evaluer vos biens grâce au Fisc

Le service PATRIM "Rechercher des transactions immobilières" est désormais ouvert à l'ensemble des usagers après une expérimentation de près de 2 mois auprès des habitants des départements de Paris et de la région Limousin.

Pourquoi il faut investir en Auvergne

Dès aujourd’hui, la région Auvergne lance la seconde édition de son « New Deal », une offre attractive destinée à offrir un nouveau départ aux salariés et aux entrepreneurs choisissant de s’installer dans la région.

81 départements augmentent les "frais de notaire"

81 départements ont fait le choix de relever pendant deux ans le droit appliqué aux ventes de biens immobiliers au-delà de 3,80 % et dans la limite de 4,50 %.

Les droits de mutation perdent le Nord

Après l’Eure et la Creuse, c’est au tour du département du Nord de faire passer le taux des droits de mutation de 3,8% à 4,5%.

Le meilleur taux près de chez vous !

Cafpi publie son palmarès des taux de crédit immobilier région par région. Voici en gros ce qu’il faut retenir pour le mois de février 2016.

Secret fiscal : bientôt la fin ?

L'Autriche, le Luxembourg et Singapour, ainsi que d'autres pays, s'apprêtent à mettre fin au secret fiscal.