Le droit de faire expulser des squatteurs de chez soi est un droit absolu !16/09/2019  



La Cour de cassation vient opportunément rappeler que tout propriétaire a le droit de disposer de son bien de la manière la plus absolue. Il a donc, en toute situation, le droit de faire expulser des personnes qui occupent son bien de manière non autorisée.

Un propriétaire réclamait le départ des personnes qui occupaient son terrain avec des caravanes et qui invoquaient le droit à valeur constitutionnelle de disposer d'un logement décent. La Cour de cassation est venu opportunément rappeler que tout propriétaire a le droit de disposer de son bien de la manière la plus absolue. Il a donc, en toute situation, le droit de faire expulser des personnes qui occupent son bien de manière non autorisée. Car si le droit de disposer d'une logement décent est opposable aux personnes publiques que sont notamment l'État et les collectivités, il ne l'est pas aux particuliers, ont souligné les juges, et tout propriétaire a d'abord le droit de jouir et de disposer de son bien de la manière la plus absolue, à la condition de ne pas en faire un usage interdit.

Le droit de faire expulser des squatteurs est un droit absolu, lié au droit de propriété protégé par la Convention européenne des droits de l'homme et par la Constitution. Il ne peut pas être mis en balance avec le droit au respect du domicile de l'occupant, déclare la Cour de cassation.

Dès lors, tout propriétaire a le droit d'obtenir en référé, c'est à dire selon la procédure d'urgence, l'expulsion des occupants sans droit ni titre, sans entrer dans une discussion sur le droit au respect de la vie privée et familiale des occupants, ni de leur droit à occuper un logement décent. Dès lors, toute occupation non autorisée par autrui est, de par la gravité de l'atteinte à ce droit, un trouble manifestement illicite qui ne peut pas être mis en balance avec des droits qu'auraient les occupants.


 Autres articles sur le même sujet :
Le bitcoin inquiète l’AMF

Depuis plusieurs semaines, le Bitcoin a vu sa valorisation croître brutalement. Cette valorisation peut aussi bien s’effondrer de la même manière, prévient l’AMF.

Copropriété : trouble de voisinage, qui est responsable ?

C'est le propriétaire actuel d'un bien immobilier qui est responsable des troubles de voisinage pouvant être occasionnés par des travaux effectués par le précédent propriétaire, rappelle la Cour de cassation.

Terrain agricole : comment éviter la préemption ?

Il est possible de vendre ou d'acheter des terrains agricoles en échappant au droit de préemption de la Safer. Tel est le cas, selon la Cour de cassation, si la vente regroupe à la fois des biens agricoles et des biens non agricoles.

La garde des enfants peut être partagée, mais pas la prestation la finançant

Même en cas de résidence alternée des enfants, la prestation versée au titre du complément de libre choix du mode de garde des enfants ne peut pas être partagée entre les deux parents, rappelle la Cour de cassation.

Comment vendre un bien près d'un aéroport ?

Les propriétaires de logements situés dans des zones aéroportuaires doivent pouvoir vendre leur bien sans subir de préjudice financier.

Quand prêter c'est donner !

Un prêt sans intérêt consenti par une personne très âgée est un don, selon la Cour de Cassation.