Paris continue de séduire !07/03/2016  



Selon une étude de marché publiée aujourd’hui par le groupe Barnes, malgré la toute-puissance des villes comme Londres et New York, la capitale française résiste et conserve une place de choix dans le cœur des investisseurs internationaux, notamment en raison de ses prix, moins élevés et qui ont récemment baissé : ils ont perdu en 4 ans environ 15% pour les biens d’une valeur supérieure à 1 million d’euros et jusqu’à -25% pour les biens supérieurs à 4 millions d’euros. Contrairement aux autres grandes capitales, Paris ne subit pas de variations majeures à la hausse ou à la baisse, aucun risque de bulle ne se profile, les règles qui caractérisent son marché ne sont pas spéculatives et ne dépendent ni de la Bourse, ni d’excès de construction. L’année 2015 marque la reprise du marché immobilier en nombre de ventes (+ 20% globalement). La conjoncture économique et fiscale moins floue, des conditions de taux d’intérêt faibles et des prix mesurés ont permis ce regain d’activité. Dans ce contexte, 2016 se présente au mieux et le début d’année s’annonce déjà sur une tendance toujours positive. Même si certains phénomènes politico-économiques risquent de perturber le marché s’ils devaient s’accentuer (chute des prix du pétrole entrainant la fragilisation des clients du Golfe, attentats, etc.), Paris reste l’une des régions les plus attractives au monde ; y investir dans l’immobilier demeure une valeur sûre.
Presque tous les segments de marché sont concernés par cette reprise et même les biens d’exception ont bénéficié du retour de certains étrangers (Américains, Sud-américains, ressortissants du Moyen- Orient, Pays de l’Est, Chinois…). 2015 a vu le retour d’une clientèle, de plus en plus fortunée, avec des budgets souvent supérieurs à 10 millions, voire au-delà de 20 millions d’euros. Les clients, d’origine chinoise, singapourienne, indonésienne, mais aussi malaisienne, sont de plus en plus nombreux à souhaiter réaliser des investissements immobiliers à Paris, symbole d’un art de vivre et de la qualité de la pierre. Les biens recherchés par cette clientèle sont des hôtels particuliers ou des maisons contemporaines, situés dans les 6°, 7e, 8e et 16e arrondissements et vendus dans une fourchette de prix comprise entre 8,5 et 15 millions d’euros. Seul bémol, ces biens sont rares et n’offrent pas toujours les critères de confort, de services et d’équipements auxquels est habituée la clientèle internationale haut de gamme. Paris doit aussi soigner son image du luxe et du prestige dans l’immobilier.


 Autres articles sur le même sujet :
Immobilier : La vie de château peut reprendre

L’incertitude des élections évaporée, le retour de la croissance, les indices économiques, qui repassent au vert, et les prix, devenus raisonnables, redynamisent le marché des châteaux, selon les experts de Barnes.

Le patrimoine français plébiscité par les investisseurs étrangers

Au cours des derniers mois, les acquisitions d’entreprises françaises par des groupes ou fonds étrangers se sont multipliées. Notre pays regorge de marques et de savoir-faire très appréciés à l’international. Mais le constat est sans appel : l’argent disponible pour les valoriser à leur juste mesure ne se trouve plus en France.

Le capital-investissement, ca rapporte !

L’Association Française des Investisseurs pour la Croissance (AFIC) et EY publient leur étude annuelle sur la performance nette des acteurs français du capital-investissement à fin 2015.

Paris, deuxième ville européenne où il fait bon investir

Londres, suivie de la capitale française et Istanbul, garde la tête du classement publié par LaSalle Investment Management. Bordeaux et Toulouse marquent une progression.

Quelles sont les motivations des Français qui font le choix de l’investissement locatif en 2016 ?

Le Crédit Foncier publie pour la 4ème année consécutive une étude consacrée aux attentes et motivations des particuliers investisseurs locatifs.

Peut-on bénéficier du statut LMNP sans acheter d’immobilier ?

Les opérateurs innovent sur le marché des placements immobiliers.