Promesse de vente ne vaut pas toujours vente25/01/2016  



Dès lors qu'un de ces éléments doit encore faire l'objet de discussions, la promesse ne vaut pas vente, selon la Cour de cassation.
Il s'agissait d'un vendeur qui avait signé une promesse avec un acquéreur pour un terrain dont le prix au mètre carré était fixé mais dont la surface à vendre n'était pas encore précisément décidée.
Même si l'acquéreur a versé de l'argent, le vendeur n'était pas tenu de signer l'acte authentique de vente puisque l'imprécision ne permettait pas de considérer que la vente était faite, a dit la Cour.
Le code civil permet de considérer que même si la chose n'est pas livrée et même si le prix n'est pas encore payé, la vente est parfaite et la propriété acquise à l'acheteur dès qu'il y a accord sur la chose et le prix. Le code se répète en précisant que "la promesse de vente vaut vente lorsqu'il y a consentement réciproque des deux parties sur la chose et sur le prix".
Après avoir encaissé l'argent, le vendeur ne venait pas chez le notaire pour signer l'acte et l'acquéreur avait dû saisir la justice pour obtenir que son achat soit officiellement formalisé. Mais la justice lui a donné tort car même si le prix était précisément fixé au mètre carré, le nombre de mètres carrés n'était pas fixé avec précision. La surface vendue était encore à convenir.
La vente n'était donc pas parfaite et le vendeur n'était pas tenu de la signer.
(Cass. Civ 3, 7.1.2016, C 14-19.125).


 Autres articles sur le même sujet :
Terrain agricole : comment éviter la préemption ?

Il est possible de vendre ou d'acheter des terrains agricoles en échappant au droit de préemption de la Safer. Tel est le cas, selon la Cour de cassation, si la vente regroupe à la fois des biens agricoles et des biens non agricoles.

Les délais d’exonération de la résidence principale

Quel délai pour vendre sa résidence principale et bénéficier de l'exonération ?

Location meublée : cas de nullité du congé

Le congé donné au locataire d'un logement meublé à usage de résidence principale doit être fondé sur la décision de vendre ou de reprendre le logement ou sur un motif légitime et sérieux.

Rembourser un crédit seul

Le remboursement du crédit lié au logement des concubins et de leur famille peut constituer, pour l'un des concubins, sa participation aux dépenses nécessaires et partagées de la vie courante.

Crédit, un délai de remboursement n’est pas un droit

Lorsque l'on doit de l'argent, l'obtention de délais de paiement n'est pas un droit, même si le code civil permet d'accorder jusqu'à deux ans de répit.

Remise en cause de la réduction d’ISF

Que devient la réduction d’ISF pour souscription de capital de PME en cas de cessation d’activité ?